Vous êtes nombreux à solliciter des correcteurs bénévoles, mais cette requête va encore bien au-delà. Qu’ils soient correcteurs et bénévoles n’est pas suffisant, ils doivent être professionnels. Alors, je m’interroge, accepteriez-vous de travailler sans contrepartie ? Je suppose que non, mais le correcteur, oui ! Le temps qu’il consacrera à la correction de votre manuscrit ne remplira pas son assiette quotidienne ni ne paiera ses factures.

Dans le cadre de ma nouvelle résidence principale, d'importants travaux sont nécessaires. Ainsi, je dois avoir recours à un maçon, un électricien et un plombier, tous professionnels, cela va sans dire. Oserai-je leur demander d’effectuer ces tâches bénévolement ? Oseriez-vous ?